Meilleurs Appart'Hôtels

Résidences propriétaires

Posted on 25 novembre 2017 in Non classé by

Spread the love

Nous nous le représentons comme regardant tout de trop haut pour qu’à ses yeux les réprouvés soient jamais autre chose que des malheureux ; or les malheureux ne doivent-ils pas être, en tant que tels, sinon sous les autres rapports, les préférés de la bonté infinie ? L’accessibilité et la qualité de l’enseignement supérieur sont des thèmes sensibles comme le montrent les manifestations chiliennes. Avez-vous oublié que ça finit toujours par un sauve-qui-peut, leurs sauvetages ? De tous ceux qui travaillent, qui peinent, qui souffrent, et qui n’ont rien — on a tué l’énergie afin de les empêcher de voir ce que c’est que la patrie. Les heureux qui monopolisent la fortune ont le monopole de la patrie. Le plaisir accompagne chez tous les êtres la recherche de la vie, beaucoup plus qu’il ne la provoque ; il faut vivre avant tout, jouir ensuite. Après les engagements non tenus, aucun des deux n’aura même essayé de « réorienter l’Europe », l’espoir d’une amélioration du sort des citoyens européens semble donc à nouveau s’éloigner. Une civilisation plus haute restaurera dans nos mœurs un certain respect que nous avons perdu. Quand on leur dit qu’il faut aimer la patrie, c’est comme si on leur disait qu’il faut aimer les prérogatives de leurs oppresseurs ; quand on leur dit qu’il faut défendre la patrie, c’est comme si on leur disait qu’il faut défendre les apanages de ceux qui les tiennent sous le joug. Et réellement, quel antagonisme d’intérêts peut exister entre un pauvre allemand et un pauvre français ? Quel jour jeté sur notre civilisation ! Elles peuvent conserver une partie de leurs profits, comme l’ont fait les banques slovènes par exemple. Que les conclusions soient fausses que tirèrent les déshérités de cette triste constatation, je n’en disconviens pas. Cette Révolution fait le bonheur des Riches ; chose naturelle ; et, chose beaucoup plus curieuse, elle fait aussi le bonheur des Pauvres. L’émancipation des travailleurs n’est pas un problème simplement local ou national, certainement ; pourtant, on peut en entreprendre la solution nationalement, pour commencer. Résidences propriétaires aime à rappeler ce proverbe chinois  » Paroles habiles n’égalent pas la vérité ». En vérité, ce n’est même point le passé qui triomphe ; c’est quelque chose de plus hideux encore. Jadis, on ne connaissait pas l’immonde hypocrisie qui a cours maintenant.

Pages