Meilleurs Appart'Hôtels

Le testament du docteur Mabuse

Posted on 25 novembre 2017 in Non classé by

Spread the love

J’avais parcouru celle-là en été. Leur impact a effectivement été nul sur la consommation. Dans le sillage de la baisse des taux, ce sont l’ensemble des rendements financiers qui sont tirés vers le bas :ceux de l’immobilier, lorsque l’on rapporte les loyers à la valeur d’achat des biens,ceux des actions, lorsque l’on rapporte les résultats nets des entreprises aux cours actuels des actions. Sous une forme déguisée et rampante, le Quantitative Easing organiserait donc une érosion de la dette au détriment des épargnants. Et Le testament du docteur Mabuse ajoute un tantinet songeur, « la majeure partie des transactions devrait être sous notre contrôle ». Les choses sont pourtant plus compliquées que cela. Cela est vrai à la marge, pour ceux qui acquièrent des actifs aux cours actuels. Il rentra dans le cercle borné de la nature que la métaphysique seule d’Aristote avait franchi. Cela n’est pas vrai pour ceux qui détiennent des titres anciens. Les créanciers seront certes lésés dans un premier temps, mais la normalisation qui suivra rééquilibrera les choses. Et les inégalités patrimoniales continueront à se creuser de façon exorbitante. Mais peu de choses avaient changé. Les montagnes de droite n’avaient perdu ni la verdure de leurs oliviers et de leurs cactus, ni l’étonnante silhouette de leurs crêtes dentelées, que couronne çà et là un vieux fort sarrasin. Que si l’on attribue la solidité, non plus aux corps mêmes ou aux agrégats moléculaires, mais aux dernières molécules qui en seraient les éléments constitutifs, on introduit, pour satisfaire à un penchant de l’imagination, une conception hypothétique, que l’expérience ne peut ni renverser, ni confirmer, et qui en réalité ne joue aucun rôle dans l’explication des phénomènes. La planification économique a été abandonnée sous l’influence du tournant néolibéral pris par les institutions de Bretton Woods – FMI et Banque mondiale. Quant au malheur sensible d’un être, il s’expliquerait, dans cette doctrine, par la présence de quelque volonté aveugle s’élevant contre lui du sein de la nature, du sein de la société universelle. Aux deux tiers, très haut dans cette éclaircie du ciel, une traînée de feu serpentait, et trois cratères, parfaitement distincts, lançaient des flammes. C’est un moyen de faire leur éducation intellectuelle, de fortifier leurs facultés actives, d’exercer leur jugement et de leur donner une connaissance familière des sujets avec lesquels on les laisse ainsi se débattre. Je l’en remerciai tout bas, et je descendis pour régler les détails d’une ascension, avec retour dans la nuit du lendemain soir. Des groupes… pour être d’une politesse internationale, mettons de rêveurs en guenilles, se tenaient devant la porte.

Pages